Notices biographiques


Notices bio-bibliographiques commentées

Les ouvrages de référence biographiques confondent souvent François-Joseph Bérardier de Bataut avec l'abbé Denis Bérardier, quoiqu'il n'y ait pas de lien de parenté entre les deux. En attendant d'en faire la synthèse, nous citons les différentes notices biographiques disponibles, de manière chronologique.

Notice des Siècles littéraires de la France, 1800

C'est la première notice bio-bibliographique que nous avons pu relever.

« Bérardier de Bataut, (François-Joseph) licencié en théologie, prieur et ancien professeur d'éloquence, né à Paris en 1720. Son Précis de l'Histoire universelle, 1766 in-12, plusieurs fois réimprimé, est très-propre, à servir d'introduction à l'étude de l'Histoire. On y saisit sans effort, et, pour ainsi dire, d'un coup d'œil, les différens tableaux des révolutions qui ont élevé ou détruit les empires. L'ouvrage est divisé en différentes époques, et l'auteur a placé, à la suite de chaque époque, des réflexions, où il développé, d'une manière aussi sage que succincte, la principale cause de la destruction de chacun des états qui ont paru tour-à-tour sur la scène du monde, saris jamais confondre, dans les événemens, l'ouvrage de la politique avec celui du hasard. Ce tableau abrégé de l'Histoire générale commence au premier empire d'Assyrie, et finit vers le milieu du règne de Louis XV, en cela plus complet que le sublime Discours de Bossuet sur l'Hist. universelle, mais peu propre, malgré tout son mérite, à nous dédommager de ce qui manque à ce dernier ouvrage. Nous devons encore à cet auteur, un Essai sur le récit ou sur la manière de raconter, 1776, in-12, qu'on peut regarder comme un Traité complet de la Narration, et où l'on trouve d'excellens préceptes sur l'Apologue, le Conte, le Poëme épique, la Poésie dramat. et le Roman. Cet ouvrage annonce un savant littérateur, et mériterait un des premiers rangs parmi les productions didactiques, si le style en était moins diffus et plus châtié ; enfin, il est auteur de l’Anti-Lucrèce, en vers franç. 1786, 2 vol. in-12. »

Notice du Dictionnaire universel…, 1812

Cette notice reprend essentiellement le texte des Siècles littéraires de la France, en supprimant simplement quelques brefs passages.

« Bérardier de Bataut (François-Joseph), licencié en théologie, prieur et ancien professeur d'éloquence, né à Paris en 1720, et mort au commencement du 19e siècle, est auteur d'un Précis de l'histoire universelle, 1766, in-12, plusieurs fois réimprimé, et très propre à servir d'introduction à l'étude de l'histoire. On y saisit sans effort, et, pour ainsi dire, d'un coup d'œil, les différens tableaux des révolutions qui ont élevé et détruit les empires. L'ouvrage est divisé en différentes époques. A la suite de chaque époque, l'auteur développe la principale cause de la destruction de chacun des états, sans jamais confondre dans les évènemens, l'ouvrage de la politique avec celui du hasard. Ce tableau abrégé de l'histoire générale, commence au premier empire d'Assyrie, et finit vers le milieu du règne de Louis XV. L'ouvrage est plus complet que le discours de Bossuet sur L'Histoire Universelle, mais peu propre, malgré tout son mérite, à nous dédommager de ce qui manque à ce dernier ouvrage. On doit encore à Bérardier un Essai sur le récit ou sur la manière de raconter, 1776, in-i2, où l'on trouve d'excellens préceptes sur l'apologue, le conte, le poème épique, la poésie dramatique et le roman : mais le style en est diffus et peu châtié. Il a aussi traduit en vers français, l’anti-Lucrèce du cardinal de Polignac, 1786, 2 vol. in-12. »

Notice dans la Biographie universelle de Michaud, 1811-12/1854

Cette notice attribue de manière semble-t-il erronée, en 1811 comme encore en 1854, les événements de la vie de l’abbé Denis Bérardier à l’abbé François-Joseph Bérardier de Bataut.

« Bérardier de Bataut (François-Joseph), ancien professeur d’éloquence, puis grand maître du collêge Louis-le-Grand, était né à Paris, en 1720. Nommé député suppléant du clergé de Paris à l’assemblée constituante, il vint y siéger à la place de l’abbé Legros, décédé. Il mourut en 1794, à 74 ans ; il s’était acquis une réputation honorable dans l’université, qu’il soutint parfaitement dans cette assemblée, où il signa la protestation du 12 septembre 1791. Camille Desmoulins, qui avait été son élève, l’avait célébré dans une pièce de vers intitulée : Mes Adieux au collège. Par une bizarrerie assez singulière, ce révolutionnaire voulut recevoir de lui bénédiction nuptiale, quoique Bérardier fut un prêtre insermenté. St-Just et Robespierre lui servirent de témoins. Camille Desmoulins mit le dernier sceau à sa reconnaissance, en le préservant des massacres du 2 septembre 1792. Les ouvrages de Bérardier sont : 1° Précis de l’histoire universelle, Paris, 1766, in-12 et réimprimé plusieurs fois depuis, excellente introduction à l’étude de l’histoire. 2° Essai sur le récit, ou Entretien sur la manière de raconter, ibid., 1776, in-12, qui eut un succès mérité, mais où l’on désirerait plus de précision. 3° L’Anti-Lucrèce en vers français, ibid., 1786, 2 vol. in-12, ibid. (1). T—d.

(1) C’est par erreur que la première édition de la Biographie universelle, et tous les dictionnaires qui l’ont copiée, attribuent encore à Bérardier de Bataut : Principes de la foi sur le gouvernement de l’Église, en opposition à la constitution civile du clergé, ou Réfutation de l’opinion de M. Camus. Paris , 1791, in-8°. Ce livre, qui fut réimprimé quatorze fois en moins de six mois, est de l’abbé Louis de Bérardier, né à Quimper, et mort à Paris, en 1792. Quelques éditions portent le titre de : Vrais Principes de la constitution du clergé. On doit aussi à l’abbé Bérardier : L’Église constitutionnelle confondue par elle-même, Paris, 1792, in-8°, ouvrage fait en commun avec Blandin. »

Notice de la Biographie moderne, 1816

Cette notice perpétue la confusion entre Bérardier de Bataut et l’abbé Denis Bérardier, initiée par Michaud.

« Bérardier-de-Bataut (François-Joseph), député aux états généraux, etc., né à Paris en 1720. Il fut successivement docteur en Sorbonne, principal du collège de Quimper, puis principal et ensuite grand maître du collège de Louis le Grand, où il s'acquit une réputation justement méritée. Nommé en 1789 député suppléant du clergé de Paris à l’assemblée nationale constituante, il y remplaça l'abbé Le Gros qui mourut en 1790, et vota constamment avec le côte droit. A la fin de la session, il signa la protestation du 12 septembre 1791 contre les innovations décrétées par cette assemblée. Chéri de tous les élèves confiés à ses soins, il se fit particulièrement aimer de Camille-Desmoulins qui, en sortant du collège, lui paya son tribut d'éloges et de remerciemens dans une épître en vers ayant pour titre : Mes Adieux au College. À l’époque de la constitution civile du clergé, l'abbé Bérardier fit un ouvrage qui eut un grand succès, et dont il parut quatorze éditions en six mois. En 1791, Camille-Desmoulins n'ayant pu déterminer Grégoire, évêque de Blois, à le marier au Champ de Mars, voulut recevoir la bénédiction nuptiale de son ancien professeur. L'abbé Bérardier mourut en avril 1794. »

Notice de l'Examen critique et complément des dictionnaires historiques, 1820

Après la confusion créée par quelques dictionnaires biographiques précédents, Barbier rétablit la distinction des deux Bérardier.

« Bérardier de Bataut (François-Joseph), d'une autre famille que le précédent [Denis Bérardier], ancien professeur d'éloquence au collège du Plessis, était né à paris en 1720. Il mourut dans la même ville, vers 1794. On a de lui plusieurs ouvrages utiles : I. Précis de l'histoire universelle, 1766, 1 vol. in-12. Réimprimé avec des augmentations en 1776 et en 1786. II. Essai sur le récit ; 1776, in-12. III. L'Anti-Lucrèce, traduit en vers français ; 1786, 2 vol. petit in-12. Malgré des morceaux bien rendus, cette traduction a eu peu de succès : une nouvelle traduction en vers du même poème a paru dans ces derniers temps en 1 vol. in-8 sous ce titre : L'Anti-Lucrèce en vers français, avec le IXe et dernier chant ajoutés à l'original par M. Jeanty-Laurans, et la traduction en vers latins du IXe chant par M. l'abbé G. Mancin. Auch, Duprat, 1813. Elle est bien inférieure à celle de M. Bérardier.

La Biographie universelle n'a fait qu'un seul individu des deux auteurs que je viens de citer. Ses méprises se trouvent copiées, 1° dans le 4e vol. des Mémoires pour servir à l'histoire ecclésiastique du XVIIIe siècle [...]. 2° Dans les Notices chronologiques [...], par M. Miorcec de Kerdanet, avocat, Brest, 1818, in-8°. [...]. 3° Dans la Galerie historique des contemporains, ou Nouvelle biographie [...], Bruxelles, chez Auguste Wahlen, 1818 et 1819. [...] 4° Dans le Supplément au Dictionnaire historique de Feller. »

Notice du Dictionnaire des parlementaires français, 1889

Il semble bien que l'entrée de ce dictionnaire paru en 1889 perpétue la confusion entre les deux Bérardier, malgré la rectification de Barbier.

« Bérardier de Bataut (David-François-Joseph), député aux États-Généraux de 1789, né à Quimper (Finistère), en 1720, mort à Paris, le 1er mai 1794, entra dans les ordres, fut reçu docteur de théologie en Sorbonne, devint principal du collège de Quimper, et était grand-maître du collège Louis-le-Grand, à Paris, quand il fut élu, le 16 mai 1789, député suppléant du clergé aux États-Généraux par la ville de Paris. Admis à siéger, le 22 janvier 1790, en remplacement de l'abbé Legros, décédé, il vota constamment avec la droite, et signa la protestation du 12 septembre 1791 contre les décrets de l'Assemblée. Détenu bientôt comme suspect, et en prison lors des massacres de septembre, il fut sauvé par Camille Desmoulins, qui avait été son élève à Louis-le-Grand, et qui lui avait gardé une vive affection, témoignée d'ailleurs dans son épître en vers\ : Mes Adieux au collègeem>. L'abbé Bérardier publia, par la suite, contre la constitution civile du clergé, les Principes de la foi sur le gouvernement de l'église, ouvrage qui fit en son temps beaucoup de bruit et épuisa quatorze éditions en six mois. »

Notices du Dictionnaire des lettres françaises, 1995

À la suite de Barbier, François Moureau attire l'attention, dans sa révision du texte de Grente, sur ce qu'il ne faut pas confondre François Joseph Bérardier de Bataut et l'abbé Denis Bérardier. Les renseignements disponibles sur Bérardier de Bataut restent minces.

« Bérardier (abbé Denis), Quimper, 1729-1792, professeur, publiciste et membre de la première Assemblée nationale. Docteur en théologie, principal du collège de Quimper, puis de Louis-le-Grand à Paris [1778], il eut pour élève Luce de Lancival, Camille Desmoulins et Robespierre. Opposé à la Constitution civile du clergé, incarcéré, il fut sauvé par ses anciens élèves. »

« Bérardier de Bataut (François Joseph), Paris, 1720-1794. Professeur au collège [du Plessis. Sans lien de parenté avec le précédent : depuis la Biographie Michaud, on les confond souvent. Barbier a rétabli la vérité.] »


Relevé des notices bio-bibliographiques

Art. « Bérardier de Bataut (François-Joseph) », dans : Les siècles littéraires de la France, ou nouveau dictionnaire historique, critique et bibliographique, par N.L.M. Desessarts, Paris : Desessarts, an VIII (1800), p. 221.

Art. « Bérardier de Bataut (François-Joseph) », dans : Dictionnaire universel, historique, critique et bibliographique, neuvième édition, Paris : Prudhomme fils, 1812, tome XIX, supplément, p. 61.

Art. « Bérardier de Bataut (François-Joseph) », dans : Biographie moderne, ou Galerie historique, civile, militaire, politique, littéraire et judiciaire, deuxième édition, Paris : Eymery & Delaunay, 1816, tome I, p. 103.

Art. « Bérardier de Bataut (David-François-Joseph) », dans : Dictionnaire des Parlementaires français de 1789 à 1889, par Adolphe Robert, Edgar Bourloton et Gaston Cougny, Paris : Bourloton, 1889-1891, tome I, p. 260-261.

Art. « Bérardier (abbé Denis) », dans : Dictionnaire des lettres françaises : Le XVIIIe siècle, nouvelle édition sous la direction de François Moureau, Paris : Le Livre de poche, 1995, p. 173.

Art. « Bérardier de Bataut (François-Joseph) », dans : Dictionnaire des lettres françaises : Le XVIIIe siècle, nouvelle édition sous la direction de François Moureau, Paris : Le Livre de poche, 1995, p. 173.

Art. « Bérardier de Bataut (François-Joseph) », dans : Examen critique et complément des dictionnaires historiques les pas répandus, par Antoine-Alexandre Barbier. Paris: Rey et Gravier, 1820. (Reprint : Slatkine, Genève, 1970.)

Biographie universelle ancienne et moderne, nouvelle édition. Sous la dir. de Louis-Gabriel Michaud. Paris : C. Desplaces, 1854.

Nouvelle biographie générale (1853). Sous la dir. de Ferdinand Hoefer. Copenhague : Rosenkilde & Bagger, 1964.